Être Franc-Maçon à la G.L.T.M.F.

compas-equerre

A la G.L.T.M.F, la Franc-Maçonnerie est un humanisme.

Si l’on suit les fondements de la Franc-Maçonnerie, ou autrement dit, les lois premières que nous appelons du terme originel de «Landmarks», il s’agit d’enseigner à l’homme les valeurs d’un humanisme profond, réel, et partagé. Rien de plus, rien de moins mais c’est essentiel.

Il ne s’agit donc d’instaurer, ni une nouvelle religion, ni d’entrer en politique, ni d’œuvrer dans l’humanitaire et encore moins de se transmuer en Fondation propre à récupérer des fonds pour un usage qu’on ne discerne pas toujours très clairement.

franc-maçon

Décors d’un franc-maçon anglais, d’après un portrait du XIXe siècle.

Pour s’en convaincre, il suffit de considérer le parcours du profane devenu Franc-Maçon et que nous suivons scrupuleusement.

Le profane, entre, disons-nous, à l’état de pierre brute… Puisque, comme chacun le sait, nous nous appuyons sur la symbolique des maçons bâtisseurs d’édifices.

Comprenons bien que cette expression « pierre brute » n’a rien de dévalorisant mais signifie l’état premier, immédiat, dans lequel le profane se trouve quand il se joint à nous.

Du haut en bas de l’échelle sociale, quelle que soit sa position dans la société, c’est une pierre brute, comme est brute la pierre que l’ouvrier extrait de la carrière pour la destiner à l’œuvre future… mais si elle est choisie, c’est qu’elle a une grande valeur intrinsèque.

Cette situation dure un an, parfois plus, le temps pour le nouvel arrivant de pratiquer une sorte d’introspection, de faire un bilan de son parcours, de se retrouver face à lui-même avec tout ce qu’il a acquis tout au long de sa vie. Il regarde, écoute, il interroge, il s’interroge.

S’il s’en était éloigné, comme souvent, l’«Apprenti » qu’il est, revient à cette réalité que l’aventure humaine est collective, et non pas seulement individuelle-professionnelle ou individuelle-familiale ; son sort est lié à celui de l’humanité tout entière ; il en est un élément, une pierre mais indispensable. L’homme ne joue pas sa partie tout seul. L’apprenti se façonne pour s’intégrer aux autres, sans pour autant devenir comme les autres, en préservant l’apport original de son identité propre.

compas équerre

Après cet exercice, le voici maintenant devenu « pierre cubique » c’est à dire « Compagnon ». Il participe au travail sur le chantier.

C’est à ce stade que l’homme (seul à pouvoir le faire sur cette planète) donne toute la capacité de son intelligence, utilise tout ce que son cerveau lui permet de découvrir. Les sciences, la philosophie, les arts, la sculpture, la fraternité. Tout ce qu’il découvre est comme une pierre qui bientôt viendra se disposer dans l’ensemble du projet humain. Symboliquement cela signifie que chaque homme, comme la pierre, s’insère à sa place, à son rang. Et toutes les places sont aussi importantes les unes que les autres, toutes indispensables au projet de vie.

Le marbre qui fait le sein de la statue de Vénus, n’est pas plus important que celui qui en fait le socle, même si les visiteurs n’ont d’yeux que pour la poitrine de pierre. Sans socle point de beauté érigée.

Tous les hommes se valent en puissance.

compas équerre

Et puis vient le troisième temps. Celui du Maître.

Là, le pas à franchir n’est plus dans l’ordre de la compétence sur la matière, mais dans celui de l’élévation spirituelle.

Avons-nous une destinée ? En dehors de l’exigence de prendre soin et de faire vivre notre corps et d’aider à vivre ceux qui nous entourent?

Comment ne pas songer à cette élévation puisque notre fin est inscrite en nous, dès le jour de notre naissance. Puisque tout notre temps, passé dans l’en-deça du jour le jour, nous conduit à penser à l’au-delà dans son infini.

Tout en cherchant à améliorer le parcours terrestre de l’homme, à faire en sorte qu’il s’insère dans une société plus civilisée, une société pacifiée, le Franc-maçon croit qu’existe un projet pour l’homme.

compas équerre

Le Franc-Maçon s’élève vers une valeur qui le transcende et qu’il nomme Grand Architecte de l’Univers.

Il le fait à travers l’étude des cultures, à travers l’histoire des spiritualités, à travers l’enrichissement intérieur que lui apporte la connaissance de parcours différents faits par d’autres hommes, en d’autres lieux, en d’autres temps.

C’est une façon de s’extraire, non plus de la pierre, c’est fait, mais des contes et légendes d’autrefois ; des croyances naïves, des mythes, seule possibilité qui existait pour l’homme d’alors pour éclairer son chemin.

La démarche du Franc-Maçon est une façon de s’écarter de ce que les religions charrient encore de superstitieux, de fondamentalistes et d’analyses subjectives. C ’est une façon de vivre sa spiritualité en regardant la lumière en face.

compas équerre

Voilà pourquoi la GLTMF fidèle à la Régularité suit au plus près les préceptes des fondateurs de la Maçonnerie.

lecture ordonnanceLa meilleure façon d’être un Franc-Maçon moderne est de ne point s’embarquer dans des cheminements, politiques, syndicaux, religieux, ou des fraternités d’affaires ! Rien de tout cela n’est du ressort de la Franc-maçonnerie.

Il faut savoir, parfois, porter un regard critique, même si cela est difficile, sur certaines riches officines Maçonniques

Hélas, peu de Frères qui fréquentent ces opulents bâtiments s’autorisent à le faire. Ils ne regardent pas ce qui se passe sur le pont supérieur, où malheureusement Commandant et officiers supérieurs sont restés des hommes ordinaires plutôt que devenus maçons, se cooptant à qui mieux-mieux, et faisant leur petit négoce dans chaque port, à chaque rencontre, tandis que les frères innocents, planchent, en toute insouciance, au fond de leurs cabines.

Nous ne sommes pas de cette Maçonnerie marchande ou plutôt de cette Fraternité commerciale. D’ailleurs la modicité de notre cotisation,* pour s’embarquer en est un signe premier comparée à d’autres où le billet pour faire le voyage est exorbitant, sans compter les suppléments et taxes qui viennent s’y rajouter à tous propos.

Il faut savoir changer de navire ! Nous en voulons un construit de nos mains d’hommes, avec patience, sincérité, vertu.

C’est ce à quoi s’emploie la Grande Loge Traditionnelle & Moderne de France.

compas équerre

 

Bernard Merolli

&

Jérôme Touzalin

Responsable de la Communication Extérieure de la G.L.T.M.F.

 

*Montant communiqué par simple demande sur notre page de contact.